Inspirations

Carl Rogers
Le développement de la personne

Il y a dans l’homme tout ce qu’il faut pour évoluer, comme il y a dans le gland d’un chêne tout ce qui est nécessaire pour faire un grand arbre. 

Etre entendu par l’autre est d’une portée profonde ; c’est ainsi que naît le sentiment de compter à ses yeux, d’être considéré et respecté pour ce que nous sommes.

Il existe un curieux paradoxe : quand je m’accepte tel que je suis, alors je peux changer.

 
]

Clarissa Pinkola Estes
L’archétype de la femme sauvage

Chaque femme porte en elle une force naturelle riche de dons créateurs, de bons instincts et d’un savoir immémorial. […] Mais la Femme Sauvage, comme la nature sauvage, comme l’animal sauvage, est victime de la civilisation […], afin qu’elle entre dans le moule réducteur des rôles qui lui sont assignés et ne puisse entendre la voix généreuse issue de son âme profonde. Pourtant, si éloignées que nous soyons de la Femme Sauvage, notre nature instinctuelle, nous sentons sa présence.

Nous la rencontrons dans nos rêves, dans notre psyché. Nous entendons son appel. C’est à nous d’y répondre, de retourner vers elle dont nous avons, au fond de nous-mêmes, tant envie et tant besoin.

Jean Piaget
La représentation du monde chez l’enfant

.
L’enfant prend son point de vue comme absolu. Si la lune, le soleil ou
les nuages sont toujours au-dessus de sa tête quand il se promène, par
exemple, c’est parce qu’ils le suivent ; il n’est d’ailleurs nullement
gêné que la même lune, le même soleil et les mêmes nuages suivent, en
même temps, quelqu’un d’autre, allant dans une direction différente.

.
L’enfant considère les choses comme il les voit, indépendamment de
la perspective : la montagne vue dans le lointain est toute petite alors
que le chien juste à côté de lui est énorme. Se pensant le centre du
monde, l’enfant croit encore que tout gravite autour de lui ; ceci
entraîne des conceptions animistes et quasi magiques.

 
 

Françoise Dolto
La psychanalyse de l’enfant

C’est toujours le désir du sujet qui s’assume en son être et son advenir, qui existe avant même qu’il n’existe en tant qu’objet pour autrui, visible. Et, pendant les premières semaines […], là, son désir est à l’état pur.

C’est fou de voir comme c’est ressenti comme juste par tout enfant à qui on dit ça :  » C’est toi qui a choisi de naître de ton papa et de ta maman.  » Ils reconnaissent tout de suite que c’est vrai. »

Anne Ancelin Schutzenberger
Psychogénéalogie, génosociogramme

Toute civilisation est fondée sur la transmission – et sur la mémoire. Et la transmission se fait par des mots, mais aussi par des attitudes, des manières d’être, des exemples, des évitements, des non-dits, des secrets aussi…, par ce qui est dit, par ce qui est exprimé autrement,    par ce qui est fait, par ce qui est caché…

Savoir saisir, pour soi-même ou pour autrui, ce qui survient comme par la chance d’un hasard heureux, c’est faire l’expérience de la ‘sérendipité’. Entre espérance et action, cette ouverture d’esprit, qui s’apprend et s’entretient, peut renverser les situations et vous sauver la vie.

 
 

Alain Crespelle
Grandir avec le client

Qu’est-ce que c’est que ce souffle qui organise la vie ? […] C’est le désir, le désir créateur. J’ai eu cette intuition-là en regardant le plafond refait de la Sixtine […] où Dieu est assis sur son nuage et d’un geste langoureux de l’index, établit une espèce d’arc d’amour entre le bout de son index et le bout de l’index d’Adam qui est un peu en contrebas [..]. On sent l’amour qui passe par ces deux index mais, c’est comme le début d’une séparation, en même temps, comme ce geste d’adieu qu’on prolonge vers quelqu’un qui s’en va. Il est encore là au bout de la main, dans le désir et dans l’amour, mais il s’éloigne, il s’en va. C’est le geste du deuil dans l’amour, c’est-à-dire ce que nous appelons, dans le jargon, le pardon.

Carl Gustav Jung
La psychologie analytique

Il est très possible que nous regardions le monde dans le mauvais sens, et que nous puissions trouver la bonne réponse en modifiant notre approche et en l’abordant de l’autre côté. A savoir non plus de l’extérieur, mais par l’intérieur.

Apprenez vos théories par cœur aussi bien que vous le pouvez, puis mettez-les de côté quand vous entrez en contact avec le vivant miracle de l’âme humaine.

 Soyez ce que vous avez toujours été.

Il ne s’agit pas d’atteindre la perfection, mais la totalité.

 
 

Milton H. Erickson
L’hypnose ericksonienne

(et autres techniques vivantes et ingénieuses)

La thérapie doit toujours être conçue pour s’adapter au patient, et non pour que le patient s’adapte à la thérapie.

Et ma voix t’accompagnera. Et ma voix deviendra celle de tes parents, celle de tes voisins, celle de tes amis, celle de tes camarades d’école, celle de tes copines de jeux, celle de ta maîtresse. Et je veux que tu te retrouves assise dans la salle de classe, toi, petite fille, que quelque chose à rendu heureuse, quelque chose qui est arrivé il y a longtemps, que tu as oublié depuis longtemps.

Elisabeth Kübler-Ross
Les derniers instants de la vie…

Tout est en nous, si nous n’avons pas peur de regarder. Il faut prendre maintenant le temps de devenir soi-même, pas à pas, à une vitesse qui ne nous effraie pas, mais donne la hâte du pas suivant.

Apprenez à entrer en contact avec le silence à l’intérieur de vous même.

 
 

Boris Cyrulnik
L’ensorcellement du monde

Au chapitre où nous en sommes de l’invention du monde, nous lisons que le tout nouveau-né débarque dans un milieu déjà structuré. La nature attribue à son organisme une forme et un alentour sans lesquels il ne peut vivre.
Pour cette raison première, le monde est ensorcelé, il assigne à tout être vivant une façon de vivre qui ne peut être autrement.

Tel est son sort, il est jeté. Toute vie est possédée.

Guy Corneau
Le meilleur de soi

.
Le meilleur de soi représente notre essence. Et notre essence se compose de nos goûts profonds, de nos talents, de nos qualités et de nos aptitudes. Le meilleur de soi n’est pas une chose à atteindre, c’est une chose à exprimer. Il nous invite à utiliser nos talents pour nous transformer et pour transformer le monde. Cette expression nous remplit de joie car elle nous permet de goûter à l’adéquation fondamentale de notre essence avec la nature universelle.

Cette essence individuelle est celle-là même qui nous permet de goûter à l’universalité, celle qui nous permet de savoir que le monde entier est nôtre et que nous pouvons nous y détendre et nous y reposer.

 

Et aussi…
Pour cheminer vers soi et vers l’autre, des approches et techniques accessibles à tous

 
La communication non violente (CNV) 
Pour vivre des échanges conscients.

En déjouant nos vieux schémas de défense, de retraite ou d’attaque, la CNV nous amène à une perception neuve de nous-même et des autres […]. Elle modère les réactions de résistance, de défense ou d’agressivité. En effet, lorsqu’au lieu de critiquer ou de juger nous sommes attentifs à ce que nous observons, ressentons et désirons, nous découvrons l’ampleur de notre bonté naturelle. Parce qu’elle privilégie la qualité de l’écoute de soi et de l’autre, la CNV suscite le respect, l’attention et l’empathie, et engendre un désir mutuel de donner spontanément dans l’élan du coeur.

Marshall Rosenberg – Les mots sont des fenêtres
La girafe, symbole de la communication non violente
 L’ Ennéagramme 
Outil de connaissance de soi et de l’autre.

Approche descriptive du psychisme humain en 9 types interdépendants, et qui se déclinent en une infinité de variantes individuelles.

Comprendre comment fonctionne ma mécanique.
Identifier le mode réactionnel qui court sans fin vers la prochaine satisfaction éphémère.                 
Prendre conscience que je ne suis pas cette mécanique.
L’ennéagramme ouvre alors une perspective d’accueil de soi et de l’autre.